Date d'impression : 21.04.21
Page: https://www.horizon2020.gouv.fr/cid155622/infrastar.html
Accueil  Les belles histoires

Former une nouvelle génération de chercheurs aux défis de la gestion des structures en béton - INFRASTAR

Le projet INFRASTAR a mis sur pied un réseau européen de formation par la recherche dans le domaine de l’analyse de la fatigue et de la fiabilité d'ouvrages en béton. Cette démarche innovante a permis à de jeunes chercheurs de développer leurs connaissances sur la gestion des infrastructures du génie civil au premier rang desquelles ont figuré les ponts et les fondations d’éoliennes.

Actualité
16.12.2020

L'effondrement d'une partie du pont Morandi, le 14 août 2018, dans la ville italienne de Gênes, a cruellement rappelé la nécessité d'effectuer une surveillance rigoureuse et une maintenance en continu des nombreux ouvrages d'art en béton construits tout au long du XXe siècle.

Dans ce contexte, le projet INFRASTAR s’est appuyé sur un réseau de chercheurs et d’industriels européens impliqués dans la modélisation avancée de la fatigue du béton, sujet très débattu au sein de la communauté scientifique, pour dispenser une solide formation en maintenance et sécurité des infrastructures à 12 jeunes chercheurs de haut niveau dans le cadre d’une thèse de doctorat.

Le programme s'est principalement focalisé sur la modélisation avancée du comportement en fatigue du béton, les nouvelles méthodes d’évaluation non-destructive pour la détection précoce des endommagements et l'approche probabiliste de la fiabilité des structures sous fatigue.

Ce consortium s'est construit autour de quatre centres de recherche (Université d’Aalborg, École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Institut fédéral allemand de recherche et d'essai des matériaux, Université Gustave Eiffel) et de quatre partenaires industriels (COWI, GuD GmbH, NeoStrain, Phimeca). Pendant toute la durée du projet, les doctorants ont travaillé au sein d’un réseau à la fois pluridisciplinaire, interdisciplinaire et intersectoriel en évoluant en parallèle dans le monde de l'entreprise et dans le milieu académique.

Dans la perspective d'évaluer les dommages dus à la fatigue d'infrastructures du génie civil, les étudiants engagés dans le projet INFRASTAR se sont plus particulièrement intéressés aux ponts et aux fondations des éoliennes en béton. Les formations dispensées tout au long du programme leur ont permis d'aborder une grande diversité de situations: impacts du vent et du trafic routier, management de structures anciennes, neuves ou en construction, suivi de structure unique dans le cas des ponts ou appartenant à un parc dans le cas des fondations d'éoliennes.

Du point de vue de la production scientifique, le groupe de 12 doctorants a publié 26 articles dans des revues internationales à comité de lecture et présenté près d'une cinquantaine d'autres articles à l'occasion de conférences internationales. Par ailleurs, sept des jeunes chercheurs ont d'ores et déjà soutenu leur thèse, les cinq autres devant le faire dans les prochains mois. Les résultats obtenus dans le cadre de leur formation doctorale devraient en outre contribuer à optimiser la gestion des infrastructures en béton par la mise en œuvre de meilleures stratégies de surveillance et de maintenance aussi bien préventive que corrective.

Améliorer l'intégration des processus de maintenance et de sécurité était l'un des principaux objectifs d'INFRASTAR. Pour cela, le projet a mis sur pied un programme de formation dans le domaine de l’analyse de la fatigue et de la fiabilité des structures s'adressant à de jeunes chercheurs prometteurs.

Les belles histoires

Les belles histoires

Infos clés

Financement U.E. :
3,2 millions €

Durée :
4 ans

Coordinateur :
Université Gustave Eiffel
Nantes, Pays de la Loire

Lauréat trophée Étoiles de l’Europe 2020

En savoir plus