Date d'impression : 23.11.17
Page: http://www.horizon2020.gouv.fr/cid74188/gouvernance-instances-concertation.html

Anticiper les prochains appels

Le dispositif national

Accueil  La Recherche en Europe  L'EER : enjeux et organisation

Gouvernance et instances de concertation

Drapeaux-europe© Fotolia

Outre le programme-cadre de recherche et de développement technologique (P.C.R.D.), l'Union européenne a structuré ses travaux de construction de l'E.E.R. autour de l'ERAC (European Research Area and Innovation Committee) et de ses six groupes thématiques.

Instances de concertation et de coordination

Outre le programme-cadre de recherche et de développement technologique (P.C.R.D.T.), l'Union européenne a structuré ses travaux de construction de l'E.E.R. autour de l'ERAC (European Research Area Committee) et de ses six groupes thématiques (ERA-related groups).



L'ERAC (European Research Area and Innovation Committee)

C'est un organe politique consultatif qui a pour fonction d'aider la Commission européenne et le Conseil de l'Union européenne dans l'accomplissement et le suivi des tâches dont ils sont responsables pour la recherche et l'innovation. L'ERAC est notamment en charge de promouvoir la coordination des politiques nationales de recherche, ainsi que de fournir des avis sur les dossiers importants de l'agenda communautaire en matière de recherche et d'innovation.



Les six groupes thématiques de l'EER



    Le GPC (Groupe de haut niveau pour la Programmation Conjointe)

    Il identifie les domaines de programmation conjointe. La programmation conjointe instaure un nouveau mode de coopération entre États membres pour relever une série de défis sociétaux essentiels pour l'Europe. Elle les amène à définir une vision commune et un agenda stratégique de recherche sur ces enjeux sociétaux auxquels les programmes nationaux pris isolément ne peuvent répondre.

      Cette vision commune consiste à définir et mettre en œuvre de manière "coordonnée" au niveau européen, de vastes programmes de recherche sur des enjeux majeurs pour la société. En effet, la science et la technologie sont des domaines largement ouverts, ou l'échange des connaissances, les mises en réseau et les grands programmes de coopération constituent les conditions du succès. Cette décision des Etats membres de s'impliquer dans de grands projets fédérateurs porteurs d'innovations et précurseurs de futurs marchés a été concrétisée lors du Conseil européen du 2 décembre 2008 sous présidence française.

      ESFRI (Forum Stratégique Européen sur les Infrastructures de Recherche)

      ESFRI a permis de définir les priorités européennes pour les investissements dans les très grandes infrastructures de recherche, à travers l'élaboration de feuilles de route par la communauté scientifique.

      Le SGHRM (Groupe de pilotage sur les Ressources Humaines et la Mobilité)

      Il est chargé d'examiner les actions pour la mise en œuvre du partenariat européen pour les chercheurs.

      Groupe de Helsinki

      Le groupe de Helsinki est l'organe consultatif de l'ERAC concernant le genre, à la fois la parité et l'égalité femmes-hommes, ainsi que l'inclusion du genre dans les programmes de recherche.

      Le OSI (Groupe de travail sur la Science et l'Innovation Ouvertes)

      Ce groupe de travail est l'organe consultatif de l'ERAC sur les mécanismes de science ouverte et d'innovation ouverte. Il a comme objectif d'améliorer le transfert de connaissances (propriété intellectuelle, accès aux données de la recherche, etc.) en Europe et avec ses partenaires internationaux, ainsi que de contribuer de manière effective aux objectifs de la stratégie Europe 2020 et de l'Union de l'Innovation.

        Le SFIC (Forum Stratégique pour la Coopération Internationale)

        Il a pour mission de "faciliter le développement, la mise en œuvre et le suivi de la dimension internationale de l'espace européen de la recherche par le partage des informations et la concertation entre les partenaires (Etats membres et Commission) en vue d'identifier les priorités communes qui pourraient se prêter à des initiatives coordonnées ou conjointes et coordonner les actions et les positions vis-à-vis des pays tiers et au sein des enceintes internationales" (Conclusions du Conseil Compétitivité, 2 décembre 2008).