Date d'impression : 20.03.19
Page: http://www.horizon2020.gouv.fr/cid139110/la-ju-hydrogene-publie-sa-feuille-de-route.html

Anticiper les prochains appels

Le dispositif national

Accueil  Horizon 2020  Défis sociétaux  Energie

La JU Hydrogène publie sa feuille de route

logo JU hydrogene

Le 6 février 2019, l'initiative technologique conjointe sur l'hydrogène (Joint Undertaking FCH) a publié sa Feuille de route de l’hydrogène en Europe : une voie durable pour la transition énergétique européenne.

Actualité
15.02.2019

Selon la nouvelle étude de la JU FCH intitulée Feuille de route de l’hydrogène en Europe : une voie durable pour la transition énergétique européenne et publiée le 6 février 2019, l’électricité est un élément essentiel de la transition énergétique et peut représenter 24% de la demande finale en énergie et 5,4 millions d’emplois d’ici 2050.

Développée avec la participation de 17 acteurs industriels européens de premier plan, l’étude trace la voie du déploiement à grande échelle de l’hydrogène et des piles à combustible jusqu’en 2050 et quantifie les impacts socio-économiques associés.

Elle montre que l'hydrogène est nécessaire pour relever les défis à venir. Lors de la décarbonisation à grande échelle de segments clés tels que le réseau de gaz, le transport (en particulier dans le cas des véhicules utilitaires lourds), les processus industriels utilisant de la chaleur de haute qualité et de l'hydrogène comme matière première chimique nécessitent l'utilisation d'hydrogène en grande quantité.

En outre, l'électrification de l'économie et l'intégration à grande échelle de sources d'énergie renouvelables intermittentes nécessitent un stockage d'énergie à grande échelle, permettant un stockage saisonnier et un transport efficace d'énergie propre à faible coût. L'hydrogène est, selon l'étude, la seule technologie à l'échelle capable de relever tous ces défis.

L'étude souligne que ce déploiement apportera d’importants avantages socio-économiques et environnementaux, tels qu’un marché de 820 milliards d’euros par an et une réduction totale de 560 millions de tonnes de CO2.