Date d'impression : 20.10.18
Page: http://www.horizon2020.gouv.fr/cid134681/gerard-mourou-prix-nobel-de-physique-2018-etait-le-coordinateur-d-un-projet-collaboratif-europeen-sur-les-lasers.html

Anticiper les prochains appels

Le dispositif national

Accueil  Les belles histoires

Gérard Mourou, prix Nobel de physique 2018, était le coordinateur d'un projet collaboratif européen sur les lasers

Gerard Mourou© CNRS Images

Le prix Nobel de physique 2018 a été décerné au français Gérard Mourou, professeur à l’École polytechnique. Il a été le coordinateur d’un projet collaboratif du programme cadre de recherche et d'innovation de l'Union européenne, dont le but était de construire en Europe une infrastructure comprenant les lasers les plus intenses du monde.

Actualité
02.10.2018

L’infrastructure de la lumière extrême (Extreme Light Infrastructure  - ELI) initiée par Gérard Mourou, prix Nobel de physique 2018, a pour but de construire en Europe les lasers les plus intenses du monde. Il s’agit d’un projet collaboratif du programme cadre de recherche et d'innovation de l'Union européenne (FP7 2007-2013) et coordonné en France par le CNRS.

Cette infrastructure sera dédié à l'étude fondamentale de l'interaction laser-matière, en utilisant un laser "exawatt" délivrant des impulsions ultra-courtes, au moins 100 fois plus puissant que tout autre existant ou prévu. L’un des défis de ce laser est de convertir des photons en paires électrons-positrons.

ELI s’efforcera d’être une plate-forme hautement pluridisciplinaire avec des lignes spécialisées de faisceaux laser, de particules ou de rayonnements dédiées à de vastes domaines scientifiques, depuis la physique atomique, des particules, nucléaire, gravitationnelle et la cosmologie jusqu’aux questions sociétales.

Alors que ce projet européen implanté en République tchèque, en Hongrie et en Roumanie a atteint les deux-tiers de son installation, un rapport sur l’impact socio-économique a été publié en décembre 2017. Il montre que la France a su tirer son épingle du jeu en remportant la majorité des contrats d’ELI sur les technologies de pointe et sur la photonique, générant au total près de 102M€ pour son industrie.

Les entreprises qui en ont majoritairement bénéficié sont Thalès Optronique, Amplitude Laser Group, Fastlite et Alsyom. Le CNRS est également impliqué - sur une base commerciale - dans le consortium EuroGammaS pour la conception, la fabrication, l'installation et la mise en service de l'accélérateur linéaire ELI-NP (le pilier implanté en Roumanie est axé sur la physique nucléaire).

Le projet ELI a ainsi aidé les entreprises françaises à renforcer leur avance technologique dans les technologies laser haute puissance et l'optronique en général. Les lasers de forte puissance constituent un marché en forte croissance sur lequel les entreprises françaises sont désormais bien positionnées, notamment grâce aux projets ELI et à son prototype Apollon initié par Gérard Mourou et implanté sur le plateau de Saclay.

Dès 2006, après un an d’incubation, ELI avait été sélectionné pour faire partie de la première feuille de route de l’ESFRI (European Strategy Forum on Research Infrastructures), organisme qui a pour but d’encourager la construction d’infrastructures d’envergure sur le sol Européen. ELI est ainsi devenu le premier grand projet d'infrastructure de recherche à bénéficier d'un cofinancement par les Fonds structurels et d'investissement européens (ESIF) pour sa mise en œuvre dans les trois pays hôtes. Le financement de cette infrastructure atteint actuellement 850 millions €.

Le projet ELI est à présent financé par le programme Horizon 2020 à travers le projet ELITRANS qui a pour but l’instauration d’une gouvernance européenne de cette infrastructure sur la base du consortium européen des infrastructures de recherche - ERIC, afin de piloter les opérations et de constuire le "business model" pour devenir ELI-ERIC.

Les belles histoires

Les belles histoires

Infos clés

Projet ELI-PP

Financement U.E. :
8 millions €

Durée:
3 ans

Coordinateur :
Gérard Mourou
Prix Nobel physique 2018
CNRS