Date d'impression : 15.07.18
Page: http://www.horizon2020.gouv.fr/cid132474/en-route-vers-le-vehicule-du-futur.html

Anticiper les prochains appels

Le dispositif national

Accueil  Les belles histoires

En route vers le véhicule du futur

voiture autonome Brave

Un véhicule autonome et accepté de tous d’ici 2020 : c’est le pari d'un projet financé par Horizon 2020. 10 partenaires issus de 7 pays travaillent ensemble avec un objectif commun : développer une interface Homme-Machine innovante, sûre et acceptée par les usagers et l’ensemble de la société. Un membre du réseau français des PCN est allé tester ce véhicule.

Actualité
03.07.2018

Un véhicule autonome et accepté de tous d’ici 2020 : c’est le pari du projet BRAVE (BRidging gaps for the adoption of Automated VEhicles), lancé en juin 2017 dans le cadre du programme-cadre de recherche et innovation Horizon 2020. Dix partenaires issus de sept pays différents, dont deux acteurs français - le pôle de compétitivité Mov’eo et l’Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle (UTAC) - travaillent ensemble avec un objectif commun : développer une interface Homme-Machine innovante, sûre et acceptée par les usagers et l’ensemble de la société. Un an après le début du projet, où en sont ces efforts ? 

État de l’art : les limites de l’acceptation des véhicules automatisés

Les premiers mois de vie du projet ont été dédiés à une revue de l’état de l’art de l’acceptation des véhicules automatisés en société. Les partenaires ont choisi une approche multidisciplinaire : le défi n’est pas seulement technologique, mais aussi social, économique et politique. Les conducteurs, les autres usagers de la route, ainsi que les sociétés d’assurance et les autorités sont au cœur du développement du véhicule du futur, prêt à être mis sur le marché.

Six mois après, les premiers résultats sont publiés. Enjeux éthiques, légaux, sociaux, économiques et de sécurité routière : voici les différents sujets que BRAVE devra prendre en compte dans ses travaux et fournir des réponses d’ici 2020.

Premiers tests : l’usager, au cœur du projet

Après la revue de l’état de l’art, c’est au tour des tests de terrain. Suite à une première vague de tests en Slovénie, une étude de grande ampleur est menée au sein des cinq pays partenaires européens (France, Slovénie, Allemagne, Espagne et Suède). Le but ? Identifier des variations culturelles pouvant affecter l’acceptation des véhicules automatisés.

En France, le pôle de compétitivité Mov’eo et l’Utac ont organisé une séance de tests le 12 juin 2018, à Monthléry (91). 13 participants ont testé la conduite autonome en autoroute, avec un modèle Tesla X, pionnier dans l’aide à la conduite et déjà disponible sur le marché. Une nouvelle fois, l’usager est au cœur du projet : avant et après le test, les participants ont du répondre à un même questionnaire sur leurs attentes et leurs impressions.

Si le bilan est plutôt positif, plusieurs pistes d’amélioration de l’interface Homme-Machine ont été identifiées. "Difficile de rester concentré sur la route et de savoir où regarder avec deux grands écrans incrustés sur le tableau de bord. Il n’est pas évident non plus de savoir quelles aides à la conduite sont actives" : c’est le bilan de la journaliste Manon Lamoureux dans Flottes Automobiles.

Quelle feuille de route d’ici 2020 ?

Ces tests seront un tremplin pour le développement d’un prototype en 2019, qui sera évalué par l’Utac. Ce prototype sera ensuite testé à nouveau par les usagers via la réalité virtuelle et des essais en piste. « Nous avancerons ainsi par boucles incrémentales, en vue d’optimiser les interfaces jusqu’à la fin du projet en 2020 », conclue Florent Aron, chargé de projets européens au sein de Mov’eo.

Les essais, une démarche participative

Afin de lancer sa campagne d'essais en France, Mov'eo n'a pas hésité à proposer au public de s'inscrire comme  testeur de son véhicule. Le Représentant de la France au Comité de Programme TIC, Frédéric Laurent s'est donc rendu sur place et a pu donner ses impressions sur ce programme financé par Horizon 2020. À l'en croire, le succès sera au rendez-vous...

 

Les belles histoires

Les belles histoires

Infos clés

Financement UE :
3 millions €

Durée :
4 ans

Partenaires en France :
Mov’eo et Utac