Date d'impression : 23.05.18
Page: http://www.horizon2020.gouv.fr/cid127824/des-microalgues-pour-le-traitement-des-effluents-salins.html

Anticiper les prochains appels

Le dispositif national

Accueil  PME

Des microalgues pour le traitement des effluents salins : la SRC Extractis partenaire du projet européen SALTGAE

Eau© visualhunt.com

Le traitement des effluents salins issus de l’industrie est une préoccupation croissante. Complexes et souvent coûteuses, les technologies actuelles ne permettent pas toujours de répondre aux exigences environnementales et industrielles. Avec le projet européen SALTGAE, cofinancé par le programme Horizon 2020 de la Commission européenne, une technologie alternative est en cours d’étude depuis 2016.

Le projet européen SALTGAE vise à développer une solution innovante et efficace pour le traitement d’effluents salins issus de l’industrie, en l’occurrence de la tannerie, de l’aquaculture et du lactosérum. Aujourd’hui, les technologies existantes sont coûteuses ou peu efficaces sur ces effluents particulièrement chargés. L’objectif est de mettre au point une technologie alternative qui permettra de réutiliser les eaux traitées dans le processus de fabrication industrielle.

Des microalgues pour traiter les effluents salins

Pour ce faire, "nous utilisons des microalgues connues pour leur résistance aux salinités élevées. Elles vont utiliser les nutriments et les matières organiques nécessaires à leur croissance.

Elles sont ensuite récoltées puis fractionnées pour différentes utilisations industrielles" explique Camille Viot, cheffe de projets recherche et développement de la S.R.C. Extractis, spécialisée en extraction végétale et développement de procédés de fractionnement de la biomasse végétale.

Un cercle vertueux

"Nous intervenons à deux niveaux après la récolte des microalgues : tout d’abord pour leur fractionnement en composés d’intérêt puis pour la déminéralisation des effluents salins ultimes.

Pour la partie fractionnement, sont testés l’Homogénéisation Haute Pression, les ultrasons ou encore les traitements enzymatique et chimique. A l’issue du fractionnement, nous récupérons trois phases : une phase aqueuse contenant les protéines, une phase grasse et un résidu de microalgues", explique Camille Viot. "Les fractions obtenues après cette étape seront utilisées par d’autres partenaires pour des applications en emballage, résines, alimentation animale, etc.

Pour la partie déminéralisation, les effluents sont traités par électrodialyse membranaire", détaille Camille Viot. Avec ce projet, la société de recherche renforce son expertise particulièrement dans le domaine du fractionnement micro-algues.*

Le projet a débuté en juin 2016 pour une durée de 36 mois et réunit 19 partenaires de 9 pays différents.

Les industriels associés au projet SALTGAE réfléchissent d’ores et déjà à l’intégration de la technologie dans leurs procédés de fabrication.

Extrait du magazine 360° R&D #19, édité par l'Association des Structures de Recherche sous Contrat